Avertir le modérateur

07/02/2012

Thierry Marchal-Beck, 26 ans, président des Jeunes Socialistes

 

Pic TMB 2.jpg


Thierry Marchal-Beck est assis dans son bureau presque intégralement peint de blanc, sous le velux des combles du dernier étage de la rue de Solférino. Sur les tables trainent des journaux papier, le programme du candidat socialiste, des badges ronds multicolores avec le même slogan : « Les Jeunes avec Hollande ».

 Cela fait maintenant quatre mois que Thierry est le porte-voix des jeunes auprès du Parti Socialiste. A 26 ans, après un CDD de quelques mois au Ministère de la défense, c’est un CDD de deux ans qu’il a décroché au PS. Une suite logique pour ce jeune socialiste qui a commencé à militer il y a dix ans, sur les bancs du lycée de sa Lorraine natale. Ses parents étaient enseignants, proviseurs, et on avait l’habitude chez les Marchal-Beck de parler « valeurs républicaines pendant les dîners ». Puis quand il a grandi, Thierry a rapidement réalisé que « quand on se réunissait à plusieurs, qu’on pensait la même chose et qu’on décidait d’agir, on pouvait bouger des montagnes ». Et aujourd’hui c’est ce qu’il tente de faire aux MJS.

 Travaillant à temps complet pour les MJS, Thierry est indemnisé à hauteur du SMIC et son abonnement téléphonique est remboursé. A Paris, cela fait peu et Thierry l’admet bien volontiers. Même s’il n’est « pas à plaindre », il fait franchement attention et ne rechigne sur aucune petite économie : « par exemple, tous les jours j’enlève le disjoncteur sur le chauffe-eau car il fonctionne mal et je n’ai pas de quoi le réparer ». L’alimentation ? Elle se résume aux pâtes et au pesto car « ça se fait rapidement et c’est ce que je peux m’acheter ». Finalement, Thierry l’avoue avec humour, il a gardé le même menu que pendant ses années étudiantes…Quant à sa machine à laver, c’est simple, il n’en a pas et son but dans la vie est de gagner un peu plus et d’avoir un appartement qui lui permette d’en acheter une. Il rigole : « c’est quand je vais au Lavomatic toutes les semaines que je me rappelle que je suis au SMIC ! ».

 Heureusement, ses parents l’aident, notamment pour le logement, l’assurance et la mutuelle. Thierry, qui habite avec sa compagne dans un logement appartenant à la famille de celle-ci, ne paie que 150 euros de loyer par mois. Et il l’affirme haut et fort, c’est la raison pour laquelle il s’en sort : « Si j’avais un loyer normal, je ne sais pas comment je ferai ».

 Mais au final, le Président des MJS est un jeune qui sait voir où sont ses priorités. Pour lui, l’important est d’être heureux dans ce qu’il fait. Alors oui, « le fait de se réaliser personnellement compense la faiblesse du salaire » et les difficultés de la vie quotidienne semblent adoucies par les joies de l’engagement politique.

 A côté, il voit ses amis mais aussi ses frères et sœurs galérer. Et c’est sûrement cela qui le pousse à défendre les intérêts de la jeunesse au sein de son parti. Il se considère d’ailleurs comme un « vigie », un porte-voix pour améliorer la situation des jeunes en France. Et c’est à travers eux qu’il ressent la crise. Quand il voit sa sœur qui a quitté la France pour travailler dans l’hôtellerie en Angleterre car « malgré ses diplômes, elle ne trouvait du travail que chez Flunch ». Ou ses amis de Lorraine qui ne trouvent pas de travail et qui sont en « première ligne ». Lui considère qu’il a eu de la chance, embauché deux mois après l’obtention de son diplôme avec un salaire, certes pas mirobolant mais qui tombe tous les mois.

 Il parcourt la France, rencontre des jeunes de tous les âges et de tous les horizons, d’un lycée pro à une grande école, d’une fac à un CFA… Ce qu’il reproche à Nicolas Sarkozy en tant que jeune socialiste, c’est finalement ça : d’avoir laisser la jeunesse se précariser : « Quand je vois mes potes qui ont BAC+5 et qui enchaînent des stages à 400 euros pendant deux ans et on considère que c’est normal, ou quand je vois un de mes amis de 29 ans qui est déjà à faire des prêts à la consommation pour rembourser ses anciens prêts à la consommation… Là on a un bel échec social ». Un échec social mais surtout tout un système à revoir. Alors aujourd’hui, les jeunes semblent se diviser entre « ceux qui bénéficient de la solidarité familiale et ceux qui ne l’ont pas ». Pour Thierry, c’est la nouvelle grande inégalité.

 A côté de ses journées de militant, Thierry semble avoir des plaisirs simples. Il dit aimer sortir, prendre du temps, parler avec les gens : « finalement, tant qu’on se nourrit, qu’on se loge et qu’on peut s’habiller, derrière ce qui compte ce sont les amis, les familles, la vie personnelle ». Il adore aussi regarder des séries le soir avant d’aller se coucher, mais la récente fermeture de MegaUpload a laissé Thierry dans un état de réel désespoir : « c’est la grande crise de ma vie ces dernières semaines ! ». Va-t-il se rabattre sur le cinéma ? Pas le temps et trop cher. Les musées et expositions ? Pas le temps et trop cher. Mais « ce qui est bien avec le Mouvement des Jeunes socialistes, c’est d’être abonné au Monde ». Alors Thierry continuera de le lire tous les jours, comme un petit rituel dont il ne dérogera pas.

Julia Van Aelst

12:05 Écrit par Julia Van Aelst dans Jeunes Militants | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Fils de fonctionnaires donc non entrepreneurs, aucune expérience professionnelle et déjà dans la politique chez les socialistes c'est sûr qu'on a envie qu'il nous explique la vie ce jeune homme.

Sa soeur quitte la France pour un pays Anglo-saxon, lui fait des études aux US je pense qu'il devrait se poser des questions sur la France et essayer de comprendre pourquoi il y a plus d'opportunités dans ces deux pays. Apparemment il a choisi le mauvais parti s'il pense que les études qui mènent à rien même avec un bac+5 et l'emploi garanti sont la solution à cette jeunesse qui ne trouve pas d'emploi

Écrit par : fred | 07/02/2012

Bravo, un fossoyeur de plus de ce qu est devenue la gauche saumon, euh desole caviar. Que de bon coeur jeune homme , quelle bonte d ame ... a par des discours hyper previsbles sur la mechante droite, juste une question : vous habitez a Bobigny , Aulnay sous bois ou dans un quartier globalement sans soucis ?

Écrit par : Steeve Nardo | 17/10/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu