Avertir le modérateur

27/10/2011

Thibault, 29 ans, créateur d'entreprise

 

Tibo2.jpg


C’est au plus fort de la crise financière, en mai 2009, que Thibault a décidé de créer son entreprise. Fraîchement sorti d’un Master en Entreprenariat à l’EM Lyon, il avait alors 27 ans et venait juste de se faire licencier après un court passage dans une grande entreprise. D’une certaine manière, c’est cette crise tant conspuée qui lui a permis d’accoucher de son projet, de concrétiser son rêve : « La crise m’a poussé à créer au départ, ça a été comme un électrochoc. J’ai été licencié et après j’ai créé mon entreprise. Tour le monde me disait : tu es fou de créer une entreprise en pleine période de crise ».

Aujourd’hui, Thibault ne regrette rien. Il va même plus loin, estime que c’est grâce au plan de relance instauré par Nicolas Sarkozy en 2008 que sa petite entreprise est toujours sur pieds. Ces mesures, comme par exemple l’exonération de certaines charges la première année de la création d’une entreprise, lui ont permis de réduire ses dépenses et donc de continuer à faire vivre son projet.

Thibault a maintenant 29 ans. Sa petite entreprise vend des services à la personne : ménage, repassage, garde d’enfants, aide aux personnes âgées… Le créneau est porteur. Il emploie 9 salariés en CDI à temps partiel, crée de la valeur, des "emplois bien humains", c’est important pour lui.

Pourtant, la vie de tous les jours n’est pas des plus facile pour ce jeune chef d’entreprise. Thibault gagne le SMIC et travaille 12h par jour, et souvent une partie des week-ends, samedi et dimanche inclus. Il s’en sort car il ne paie pas de loyer, ses parents lui prêtent un studio. Le rythme de travail est assez solitaire, Thibault travaille seul de chez lui, écoute la radio BFM pour lui tenir compagnie. Arrive-t-il à faire des économies personnelles ? Non. Il parvient simplement à garder de l’argent pour ses vacances, une semaine par an. Cette année, il est parti faire du voilier, la mer lui fait du bien. Thibault garde tout de même le sourire, se dit optimiste, estime que ça y est, l’entreprise marche car il arrive enfin à se « dégager un salaire en plus de celui des salariés » et car « il ne perd plus d’argent ».

A côté de cet optimiste de façade, on ressent comme une profonde colère chez ce jeune entrepreneur. Il se demande pourquoi il y a un tel manque de reconnaissance et pourquoi la société ne porte pas toujours un regard bienveillant sur les créateurs d’entreprise : « On est utile pour la société, quand on créé son propre emploi c’est déjà bien, cela veut dire qu’on est pas une charge pour la société. Si tu arrives à créer d’autres emplois, je trouve que c’est bien et qu’il faut valoriser ça ». Il se demande également pourquoi il est si difficile de créer son entreprise en France, pourquoi l’administratif est si compliqué, les taxes si lourdes pour ces petites PME alors que les grandes entreprises bénéficient d’exonérations fiscales. Ce sont des choses qui le révolte, il ressent même du « dégoût ».

Et pour lui, la gauche ne pense essentiellement qu’à partager les richesses alors qu’« il faut aussi la créer ». Là est tout le problème et c’est pour cela qu’il ne votera pas pour elle en 2012: « Je pense que l’UMP a beaucoup plus conscience des enjeux. Quand je vois les programmes de Martine Aubry et de François Hollande qui ne font jamais allusion à la création de valeur en entreprise, ça me fait très peur ». Thibault se sent donc plus proche de la droite et des valeurs de l’UMP. Chez Nicolas Sarkozy, il a aimé sa rapidité dans la prise de décision, son côté directif aussi. Il sait qu’il votera pour son parti car il sait maintenant « pourquoi il vote à droite ».


Julia Van Aelst

 

17:10 Écrit par Julia Van Aelst dans A visages découverts | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

18/10/2011

Lucie, 26 ans, consultante internationale

van3.jpg


Il y a quelques mois, Lucie*, 26 ans, a regardé « Inside Job », ce film documentaire américain expliquant l’origine de la crise des subprimes et la chute de Lehman Brothers. Depuis, la crise est toujours là, et Lucie repense souvent à ce film, révoltée car rien n’a changé, car « ceux qui s’en sont sortis sont ceux qui sont la cause du problème ». Ceux qui s’en sont sortis, ce sont les « riches », qui selon elle, continuent de s’enrichir et les pauvres de s’appauvrir. Lucie est également révoltée contre ceux qui se trouvent au cœur des rouages de l’économie et qui pourtant, semblent ne pas avoir conscience de ce qu’ils font : « J’ai un ami qui travaille dans la finance, il gagne beaucoup d’argent mais il me le dit lui-même : il ne sait pas exactement ce qu’il fait et sur quoi il joue. C’est de la pure spéculation ». Spéculation, fuite en avant, quête de salaires toujours plus hauts…Lucie dit ressentir toutes ces dynamiques dans la société où elle vit : « Apparemment, tout le monde serait heureux avec 10% de salaire en plus, mais quand tu leur demandes s’ils sont heureux une fois qu’ils ont ces 10%, ils ne le sont toujours pas. C’est la poursuite, c’est Inside Job ».

Lucie elle, travaille loin du monde de la finance. Elle est consultante internationale dans une grande agence de communication à Paris, où elle gagne environ 2100 € net par mois. Contrairement à beaucoup de monde,  elle ne se sent pas mal payée : « J’ai de quoi vivre, un toit, j’économise, je n’ai pas l’impression d’être dans le besoin ».  Elle avoue quand même se poser des questions car beaucoup d’amis autour d’elle parlent augmentations, carrière…Mais Lucie se dit heureuse avec ce qu’elle a. Ce qui lui importe plutôt, c’est sa famille, ses amis, son compagnon, et surtout, ce « juste équilibre entre le temps de travail et la vie privée ».

D’ailleurs pour se défouler du stress de la ville et du travail, Lucie fait beaucoup de sport et peint aussi, parfois. Elle aime lire les romans d’Anna Gavalda ou de Guillaume Musso, qu’elle considère comme « une bouffée d’air pur quand ça ne va pas », et lit tous les jours les journaux pour suivre l’actualité. Lucie préfère cela à la lecture hâtive des titres sur Internet, car elle aime « toucher, découper, rassembler » le papier.

Ecologiste et végétarienne convaincue, Lucie est une électrice du « centre-vert », doublée d’une « militante des actions concrètes » qui apporte parfois son aide et son argent à des ONGs comme Sidaction, Greenpeace ou Action contre la faim.

Pour 2012, elle a un sujet qui lui tient à cœur : celui de l’environnement et des énergies renouvelables : « On ne sait pas où l’on va. Après Kyoto, il n’y a plus rien. Après Rio, il n’y a rien. Et à côté de ça, il y a Fukushima. Qu’est ce qu’on fait ? Vers quoi l’on tend ? ». Malgré ce cri du coeur, elle ne sait toujours pas pour qui voter, reprochant paradoxalement aux partis de l’écologie politique d’être trop « unilatéraux sur le vert », de ne pas assez aborder les autres sujets de société.

C’est pourquoi les votes de Lucie fluctuent souvent à droite et à gauche de l’échiquier politique au gré des candidats et des projets politiques. Aujourd’hui, même si elle suit avec assiduité les débuts de la campagne présidentielle, elle la juge « morose », faute de « vrai débat et de réel projet ». Aucun candidat ne retient son attention. Cette ancienne électrice de François Bayrou en 2007 estime même que « les plus intéressants et les plus drôles sont ceux qui ne seront pas élus ».

Le Président sortant ? Elle trouve qu’il a eu le mérite de « remettre les Français au travail » mais en revanche, elle n’a apprécié ni sa politique d’immigration, ni sa « politique de copinage » avec les grands patrons, le scandale de son fils Jean à la tête de l’Epad en 2009, tout ce « réseautage façon Neuilly sur Seine ». Elle ne votera donc pas pour lui.


Julia Van Aelst

* le prénom a été modifié

18:54 Écrit par Julia Van Aelst dans Anonymes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

10/10/2011

Vincent, 23 ans, chef de cuisine

Vincent .jpg


Vincent* est un chef cuisinier de 23 ans vivant sa passion au quotidien. Tous les matins à 9h, il arrive dans les locaux du restaurant parisien où il travaille et y reste jusqu’à minuit, cinq jours sur sept. Il le dit lui-même, « c’est un métier où on donne de sa personne, psychologiquement et physiquement. » Vincent a la cuisine dans la peau: « Je vis ma passion et c’est la grande différence avec d’autres métiers. Dans notre cas, c’est un métier d’amour ». Un métier passionnel et pas comme les autres, un métier où « on fait à manger aux gens, où on nourrit une société entière ». Officiellement, Vincent exerce depuis ses 19 ans, date de la fin de son Bac professionnel, mais en réalité, il est dans le secteur depuis qu’il a 15 ans. Autour de lui, beaucoup de personnes gravitaient déjà dans le cercle: dans sa famille, certains sont bouchers, restaurateurs, chefs…

Cela fait maintenant huit ans que Vincent cuisine et la progression a été rapide : « Depuis le début, je me bats pour monter assez vite, il faut monter dans la vie, c’est important. A 23 ans, être chef de cuisine, ce n’est pas dégueulasse ». Vincent est en CDI et gagne 2000€ net par mois. Pourtant avec ce salaire, il n’arrive pas à économiser, se permet juste des petits plaisirs comme des livres, des DVDs ou une sortie au restaurant. Ses projets de vie ? Ils seront remis à plus tard : « Je ne fais pas de plans sur la comète en m’endettant avec un emprunt. Avec un salaire comme ça, on arrive à vivre mais pas à sortir la tête de l’eau ».

Par manque de temps, Vincent suit peu l’actualité politique. Ce qu’il retient de cette année ? Les révolutions arabes du printemps 2011, mais aussi le fait que ce soit le « le bordel dans le monde ». Et face à ce bordel, la complainte ambiante de la société française le choque : « Nous on est dans notre petite vie à se dire qu’on ne gagne pas assez et qu’on est dans la merde alors qu’il y a des gens qui vivent des choses bien pires ». Sentiment désagréable de se sentir impuissant et insignifiant là où il est, de ne pouvoir faire grand chose.

Il relativise, donc. Mais cela ne l’empêche pas de parler de la crise et du fort impact qu’elle a eu dans son milieu, la restauration. Depuis quelques temps, les prix des matières premières comme les fruits, les légumes ou la viande ont en effet triplé, voire quadruplé. Vincent ressent cette inflation quotidiennement et en tant que chef cuisiner, il doit faire avec, se débrouiller pour qu’à la fin la facture ne soit pas trop lourde. Au quotidien également, il estime qu’on ne peut plus manger comme avant : « Le poisson est hors de prix. Pareil pour la viande, quand on veut acheter un morceau de viande maintenant, il faut parfois se priver à côté ».

A-t-il un avis sur le bilan de Nicolas Sarkozy ? Pas vraiment. Vivant loin de la politique et de l’actualité de son pays, il estime ne pas être en mesure de critiquer le Président. Ce qu’il ressent simplement c’est que celui-ci « a remué la merde là où il fallait la remuer ». En 2007, Vincent avait voté Parti Socialiste. Pourtant, il ne sent pas forcément de gauche, votant au gré de ses envies et des idées qui l’intéressent. Aussi pour 2012, il attend de « démêler ce grand sac de nœuds avant de prendre une décision ». 


Julia Van Aelst

* le prénom a été modifié

18:50 Écrit par Julia Van Aelst dans Anonymes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu