Avertir le modérateur

10/10/2011

Vincent, 23 ans, chef de cuisine

Vincent .jpg


Vincent* est un chef cuisinier de 23 ans vivant sa passion au quotidien. Tous les matins à 9h, il arrive dans les locaux du restaurant parisien où il travaille et y reste jusqu’à minuit, cinq jours sur sept. Il le dit lui-même, « c’est un métier où on donne de sa personne, psychologiquement et physiquement. » Vincent a la cuisine dans la peau: « Je vis ma passion et c’est la grande différence avec d’autres métiers. Dans notre cas, c’est un métier d’amour ». Un métier passionnel et pas comme les autres, un métier où « on fait à manger aux gens, où on nourrit une société entière ». Officiellement, Vincent exerce depuis ses 19 ans, date de la fin de son Bac professionnel, mais en réalité, il est dans le secteur depuis qu’il a 15 ans. Autour de lui, beaucoup de personnes gravitaient déjà dans le cercle: dans sa famille, certains sont bouchers, restaurateurs, chefs…

Cela fait maintenant huit ans que Vincent cuisine et la progression a été rapide : « Depuis le début, je me bats pour monter assez vite, il faut monter dans la vie, c’est important. A 23 ans, être chef de cuisine, ce n’est pas dégueulasse ». Vincent est en CDI et gagne 2000€ net par mois. Pourtant avec ce salaire, il n’arrive pas à économiser, se permet juste des petits plaisirs comme des livres, des DVDs ou une sortie au restaurant. Ses projets de vie ? Ils seront remis à plus tard : « Je ne fais pas de plans sur la comète en m’endettant avec un emprunt. Avec un salaire comme ça, on arrive à vivre mais pas à sortir la tête de l’eau ».

Par manque de temps, Vincent suit peu l’actualité politique. Ce qu’il retient de cette année ? Les révolutions arabes du printemps 2011, mais aussi le fait que ce soit le « le bordel dans le monde ». Et face à ce bordel, la complainte ambiante de la société française le choque : « Nous on est dans notre petite vie à se dire qu’on ne gagne pas assez et qu’on est dans la merde alors qu’il y a des gens qui vivent des choses bien pires ». Sentiment désagréable de se sentir impuissant et insignifiant là où il est, de ne pouvoir faire grand chose.

Il relativise, donc. Mais cela ne l’empêche pas de parler de la crise et du fort impact qu’elle a eu dans son milieu, la restauration. Depuis quelques temps, les prix des matières premières comme les fruits, les légumes ou la viande ont en effet triplé, voire quadruplé. Vincent ressent cette inflation quotidiennement et en tant que chef cuisiner, il doit faire avec, se débrouiller pour qu’à la fin la facture ne soit pas trop lourde. Au quotidien également, il estime qu’on ne peut plus manger comme avant : « Le poisson est hors de prix. Pareil pour la viande, quand on veut acheter un morceau de viande maintenant, il faut parfois se priver à côté ».

A-t-il un avis sur le bilan de Nicolas Sarkozy ? Pas vraiment. Vivant loin de la politique et de l’actualité de son pays, il estime ne pas être en mesure de critiquer le Président. Ce qu’il ressent simplement c’est que celui-ci « a remué la merde là où il fallait la remuer ». En 2007, Vincent avait voté Parti Socialiste. Pourtant, il ne sent pas forcément de gauche, votant au gré de ses envies et des idées qui l’intéressent. Aussi pour 2012, il attend de « démêler ce grand sac de nœuds avant de prendre une décision ». 


Julia Van Aelst

* le prénom a été modifié

18:50 Écrit par Julia Van Aelst dans Anonymes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu