Avertir le modérateur

29/09/2011

Sofia, 20 ans, esthéticienne

PhotoCélia.jpg

Sofia* vient d’avoir 20 ans et cela fait maintenant six mois qu’elle est esthéticienne dans une chaîne d’instituts de beauté à Paris. C’est son premier vrai travail et il lui plaît car elle aime « rendre les gens beaux et leur redonner un peu de bonne humeur quand ils sont fatigués et stressés ».

Sofia a toujours voulu travailler dans le monde de la beauté. Quand elle était petite, sa tante tenait un salon d’esthétique où elle se rendait souvent pour « essayer les rouges à lèvre ». Finalement, c’est le fait d’avoir baigné dans cet univers qui lui a tant donné envie d’en faire son métier. Plus tard, Sofia a donc fait un CAP pour réaliser son rêve, mais une fois diplômée en 2010, ce fut la douche froide avec le chômage et la mélancolie pendant plusieurs mois : « J’ai mis du temps à trouver un travail. J’avais eu plusieurs entretiens mais on me disait toujours « On vous rappellera », « On a pas besoin », ou « Vous ne savez pas faire ça ». Mais c’est normal, je sortais juste de mon CAP ! Ils étaient trop exigeants ».

Aujourd’hui, Sofia est en poste et gagne le SMIC, soit 1100€ net par mois. Avec les heures supplémentaires, elle peut monter jusqu’à 1200€. Ce n’est pas beaucoup, alors pour le moment elle habite toujours chez sa mère dans un HLM de St Gratien dans le Val d’Oise. Mais à 20 ans, Sofia souhaite « voler de ses propres ailes » alors tous les mois, elle met 300€ de côté pour sa future installation avec son petit-ami qui est commercial dans le secteur de la toiture. Elle est contente d’être là où elle est mais n’hésite pas à se plaindre de l’attitude des patrons qui « exploitent un peu quand ils le peuvent », faisant référence aux heures de ménage qui, dans son cas, ne sont pas payées. Contrariée, Sofia en a parlé à sa supérieure, « mais elle dit que c’est comme ça dans le commerce ».

Elevée dans une famille de gauche, Sofia a le sens de la contestation : même si la politique en général ne l’intéresse pas vraiment, elle sait très bien ce qu’elle n’apprécie pas et n’hésite pas à le dire haut et fort. Quand elle n’avait encore que 14 ans, Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur, était venu à la Courneuve promettre de « nettoyer au kärcher » la cité des 4.000. C’était en juin 2005 et pourtant, Sofia s’en souvient comme si c’était hier. Cela l’a profondément marquée, elle qui habite dans une ville non loin de là : « Sarkozy est arrivé comme ça, comme s’il était le sauveur. Moi j’ai plein d’amis qui sont d’origine musulmane. Je trouve que son attitude ne faisait pas très « Président » ». Depuis, Nicolas Sarkozy a été élu chef de l’Etat. Sofia ne votera pas pour lui en 2012, sauf si celui-ci se retrouve au deuxième tour contre Marine Le Pen.

Contre Sarkozy, Sofia n’en épargne pas moins les personnalités de gauche. Elle n’aime pas Ségolène Royal, qui « dit des mensonges » : « Je me souviens qu’elle voulait que le SMIC soit à 1500€, mais dans ce cas les patrons peuvent fermer tout de suite, c’est irréaliste et c’est juste pour se faire élire ». Elle n’apprécie pas non plus Dominique Strauss-Kahn qu’elle a toujours mal considéré. La récente affaire du Sofitel de New York n’a pas arrangé les choses aux yeux de Sofia qui est dorénavant sûre qu’en tant que personnalité publique, « il n’a pas fait des choses très clean ». Quoi qu’il en soit en 2012, la jeune esthéticienne se déplacera dans les urnes pour élire le nouveau chef de l’Etat car pour elle, « c’est important d’aller voter. C’est pour la France ». Ce sera une première.


Julia Van Aelst

* le prénom a été modifié

18:18 Écrit par Julia Van Aelst dans Anonymes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu